20 nouvelles chambres d’hospitalisation inaugurées à l’hôpital HEAL Africa
Vue aérienne du pavillon Femme et Enfant, Hôpital HEAL Africa, Goma

20 nouvelles chambres d’hospitalisation inaugurées à l’hôpital HEAL Africa

Sous une ambiance festive ponctuée de danses, marche à la fanfare, cris de joie, HEAL Africa a procédé à l’inauguration et dédicace de 20 nouvelles chambres d’hospitalisation et de son tabernacle rénové ce vendredi 27 novembre 2020. Cette deuxième phase de construction vient parachever une structure financée par la Fondation Preik de Floride, USA, une dotation visant à améliorer les soins fournis à la mère et à l’enfant congolais, d’où l’appellation du pavillon « Femme et Enfant ».


Servir Dieu à travers le dévouement à la communauté


« Dans son amour infini, l’Eternel nous a doté des moyens qui puissent nous permettre d’œuvrer à l’amélioration des conditions de vie de son peuple. Par ce don, la famille Preik participe grandement à cette œuvre holistique qui donne forme aux interventions de HEAL Africa dans la partie Est de la République Démocratique du Congo », a soutenu Dr Jonathan Muhindo Lusi, co-fondateur et visionnaire de HEAL Africa.

Dans son mot de circonstance, le maire de la ville de Goma, M. Timothée Muissa Kense, qui a procédé à la coupure symbolique du ruban, a fait mention de la participation de HEAL Africa à la vision du Chef de l’Etat Congolais, celle d’améliorer les conditions de traitement de la femme et, ainsi, réduire la mortalité maternelle et infantile.

« J’exprime ici ma reconnaissance et celle du gouvernement Congolais face à cette œuvre grandiose que mène HEAL Africa et ses partenaires. La dotation de ce bâtiment vient placer une touche méliorative aux interventions de HEAL Africa, dont la présence nous assure des soins de standard international dans notre chère ville de Goma », a-t-il déclaré.

La femme et l’enfant ressortent les plus vulnérables dans les conflits qui caractérisent la partie Est de la RD Congo depuis plusieurs dizaines d’années. « Victimes expiatoires de cet état chaotique devenu permanent en RDC, la femme et l’enfant nécessitent une attention particulière. Leur situation nous préoccupe au plus haut point », a ajouté Dr Jonathan M. Lusi.


Intervenir sur la santé globale de l’humain


L’homme est un tout, et ce tout requiert d’être entretenu pour sa bonne marche. L’intervention de HEAL Africa est holistique : elle prend en compte l’aspect médical et psychosocial du patient. Les soins cliniques, par exemple, requièrent un accompagnement psychologique soutenu pour une patiente victime d’un viol.

La plupart des patientes en attente de rétablissement complet à HEAL Africa bénéficient d’une formation vocationnelle qui leur procure une certaine autonomie par l’entretien d’activités génératrices de revenus une fois de retour dans leurs communautés. Les patientes y gagnent doublement, car cela constitue en même temps une forme de traitement, l’ergothérapie –qui consiste à soigner par l’occupation, et de moyen d’autonomisation de la femme. Au bout, le résultat en devient plus concluant, plus épanouissant.

Le Tabernacle rénové de HEAL Africa intervient dans le même sens. Ne pouvant se rendre dans leurs églises pendant qu’elles sont admises à l’hôpital, nos patients trouvent dans le Tabernacle un espace de recueillement. Rénovée, la structure a été dotée de 700 chaises et d’instruments de pointe, et sa capacité d’accueil a été élevée a de 1000 personnes, actuellement réduite à 700 sous le contexte de distanciation sociale à la suite de la pandémie de coronavirus.